Ecosse. © 2022

Invitation à une croisière sans port de Guy Ogez, membre fondateur de CK/mer

Texte publié dans le bulletin CK/mer n°10, janvier 1983.

Une invitation au voyage

Une galerie de voiture peut recevoir deux ou même trois kayaks. Vous pouvez donc, aisément, emporter votre bateau à Oban, Corinthe, Penzance, … Qui vous empêche donc de partir en croisière dans les Hébrides, la Corse, les Cyclades, les Sporades, les Iles Scilly ? C’est au kayakiste que les archipels réservent leurs beautés les plus secrètes.

A bord pas de cabine. Tous les soirs, il vous faudra faire terre pour chercher une auberge, ou mieux, un emplacement où planter la tente. Mais c’est là, justement, dans l’intimité des rivages, que se développe tout le charme du kayak de mer, sport amphibie. A vous les criques à l’écart, les villages inconnus des plaisanciers.

Randonnée en Kayak. Photo Jef Delcamp
Plage de Mousterlin – Photo de Jef Delcamp

Une extension du corps

Le kayak de mer, c’est la plaisance sans les inconvénients. On ne peut pas le comparer à un autre bateau, tellement il est léger, facile à manier. Est-ce d’ailleurs un bateau que ce long flotteur fuselé où l’on se glisse comme dans un vêtement ? Il fait corps avec vous, prolongeant vos muscles. Vous le tenez avec les cuisses et les jambes, comme un cheval, un vélo, des skis. L’ensemble kayak-kayakiste forme un tout. Aussi le kayak vaut-il celui qui le monte. Les spécialistes sont à l’aise sur toutes les mers, pour tous les temps. Ils traversent la Manche ou l’Atlantique, malgré des coups de vent. Mais là n’est pas le propos.

Le bateau du randonneur en mer

Le vrai programme du kayak de mer, c’est l’expédition côtière, proche ou lointaine, la randonnée de vacances. On progresse par sauts de puce, d’abri en abri. Les paysages se succèdent. On y flâne. On pêche. On rencontre des oiseaux, parfois des phoques. Une autre manière de vivre, primitive et sans hâte. Il arrive que le temps se détériore. Quelques coups de pagaie vous ramènent à terre, où il y a tant à voir. A bord, vous avez de quoi installer le bivouac, subsister en toute autonomie des jours durant.

Une telle aventure n’a rien d’héroïque. Elle ne convient pas forcément à tous, car elle est rude et fertile en imprévus. Elle nécessite une préparation sérieuse. Apprendre le mode d’emploi du kayak, mais aussi celui de la mer, avec tous ses caprices et ses variations. Apprendre à ne compter que sur soi-même : au large, il n’y a pas d’écriteau pour indiquer la route, pas de pancarte pour les mauvais passages. Quand on vit si près de l’eau, on apprend vite à tenir compte des marées, estimer les courants, prévoir les grains, déchiffrer une carte marine, connaître ses propres limites. C’est un bonheur alors d’être son propre prévisionniste, d’interroger les vagues et les nuages, de naviguer sans instruments, comme autrefois.

Cette plaisance insolite, ces croisières sans ports et sans calculs vous tentent ? Pourquoi ne pas essayer ? Rejoignez la communauté fraternelle des kayakistes de mer. CK/mer vous y aidera.

Guy Ogez

Pour continuer


Pour suivre l’actualité de ck/mer et du kayak de mer

Les derniers articles

  • Calendrier CK/mer 2024 : nouvelles propositions et mises à jours

    Calendrier CK/mer 2024 : nouvelles propositions et mises à jours

  • Kayak à Paimpol – 20-27 avril 2024

    Kayak à Paimpol – 20-27 avril 2024

  • Petites annonces, appels à naviguer et messages

    Petites annonces, appels à naviguer et messages

  • Alpine Paddle – pagaies groenlandaises : entretien avec Yannick Sevi

    Alpine Paddle – pagaies groenlandaises : entretien avec Yannick Sevi

  • Gîtes de groupe et refuges de mer en Bretagne

    Gîtes de groupe et refuges de mer en Bretagne