Catégories
kayak de mer

Des kayakistes sauveteurs – Article et témoignage

Ouest-France – Arzon – dimanche 20 février 2011 « Des kayakistes sortent trois plaisanciers de l’eau à l’entrée du Golfe du Morbihan ». Lire l’article de Ouest-France et le témoignage d’une kayakiste du CKCV ci-dessous.

 

Article Ouest-France

Ouest-France / Bretagne / Vannes / Au fil de l’info

Arzon

Des kayakistes sortent trois plaisanciers de l’eau à l’entrée du Golfe du Morbihan

Faits divers dimanche 20 février 2011

Trois plaisanciers tombés à la mer à l’entrée du Golfe du Morbihan ont été secourus, dimanche, en fin de matinée, par des kayakistes. Depuis 11 h, le canot en plastique, faiblement motorisé, s’échinait à rentrer dans le Golfe à marée descendante, à hauteur de la balise des Moutons.

« Le Golfe se vidait et avec le coefficient de ce week-end, le courant était beaucoup trop puissant pour leur bateau », rapporte un témoin. À plusieurs reprises, semble-t-il, des kayakistes de mer qui s’entraînaient sur les vagues créées par ces forts courants leur ont conseillé, en vain, de se mettre à l’abri en attendant que la marée s’inverse.

Les trois personnes, une femme et deux hommes, ont maladroitement tenté de jeter l’ancre jusqu’à ce que les courants fassent chavirer l’embarcation et les précipitent à l’eau. Des kayakistes des clubs de Quimperlé-Plouhinec et JKP (Jeunes kayakistes parisiens) en week-end entraînement sécurité ont aussitôt organisé un radeau pour secourir les trois infortunés, mal équipés pour résister longtemps à une eau très froide.

Le trio a été conduit à terre à Port-Navalo où il a été pris en charge par les pompiers d’Arzon et Sarzeau. Leur embarcation a également été remorquée par les kayakistes.

Denis RIOU

Voir site Ouest-France.

__________________________

Témoignage d’une kayakiste présente sur site, membre du club de Vannes (CKCV)
Mardi 22/02/2011

Nous étions aussi 8 du club de Vannes (CKCV) présents sur la zone dimanche lors de l’accident. Certains n’ont pas ménagé leur peine, y compris pour remettre à flot l’embarcation et la remorquer à terre. La presse locale n’a pas relayé l’action du CKCV car une fois tout le monde en sécurité, nous ne sommes pas restés attendre les journalistes, nous avions quelques pointes à remonter pour rentrer…

Ce qui est relaté dans l’article est exact et les passants sur la côte ont pu témoigner de l’efficacité de l’ensemble des kayakistes présents pour ramener à terre ces 3 baigneurs et leur canot.

On a croisé les sauveteurs en rentrant, une bonne 1/2 heure après les faits. Un dimanche matin 20 février, brumeux, et par coeff 115, il n’y a guère que des kayaks sur l’eau. En cas de pépin, un hélico ou une vedette de sauvetage ne surgit pas dans les 5 min.

Ce que j’ai retenu en tant que kayakiste de ce sauvetage en réel c’est que, pour intervenir efficacement, il faut :

– un chef qui donne rapidement des instructions,

– être entrainé aux techniques de sécurité et avoir son matériel prêt (par exemple le bout de remorquage sur le pont et correctement amarré pour servir immédiatement).

[PM] [GL]