• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
le lien de tous ceux qui pagaient en eau salée

Symposium 2009 de Llança - PAGAIA

Envoyer Imprimer PDF

Une Journée au Symposium 2009 de Llança

Par Véronique Olivier

 

Nuit noire. Cela fait dix heures et demie que nous roulons, voici Figueres et les premiers panneaux Llança. Loïck freine doucement : dans le pinceau des phares, un chevreuil s'arrête de brouter le maquis et nous observe, placide...Benvinguts en Llança. 

Arrivée à trois heures et demie au camping. Dormir, vite. Nous montons la tente en hâte et nous écroulons dans le sommeil mais... bruits de moteurs, voitures, remorques, des voix allemandes, des italiennes... Il aurait mieux valu s'installer loin de la réception.

01_pagaia2009

 

 

« Welcome, Bienvenudo, Benvinguts, Wilkommen, Benvenutti, Bienvenue... »

Au matin, sous le très grand barnum, Loréa Cortada (présidente de l'association Pagaia) et José Caldéron (son bras droit) nous donnent quelques consignes dans les « langues officielles » du Symposium, espagnol et anglais. Ils appellent les intervenants. Un, deux, trois... dix, onze, douze...encore, encore : pour ce troisième Symposium, il y a vingt deux intervenants, dont une seule femme !  

 

 

 

Vite, je monte, tout près de la tente « Le Canotier », le petit stand CK/mer : revues, calendriers 2009, cartes postales, règles de barre, charte du kayak de mer, sans oublier la carte de L'Aber Wrac'h. Patrice de Ravel et moi pourrons nous relayer à l'heure du repas. 

02_vero2009

 

Sur la table des inscriptions aux ateliers, il y a le choix entre huit activités... mais je ne choisis pas : il y a un besoin de traduction à l'atelier « sécurité » (niveau 2 et 3) animé par Hans Heupink (président de la section mer de la fédé hollandaise) et Nigel Dennis (formateur sur l'île d'Anglesey et constructeur). Me voici donc traductrice anglais / espagnol. Première difficulté des formateurs, évaluer la compétence des inscrits. Le groupe est assez hétérogène et sous la direction de Hans, on révise les classiques : la récup en T (je devrais dire les récups en T, tellement il y a de versions selon les pays), récup esquimau et en pointe, d'abord en doublette bien centrée sur son action, puis en naviguant et dessalant au signal sonore. L'eau est presque chaude, ou du moins bien moins froide qu'en Bretagne.

« You know what ? I speak english » me dit  Nigel en riant alors que je lui explique soigneusement en espagnol la question d'un élève. Et voici que commence cette expérience bizarre de sentir que j'ai trois cerveaux (un par langue) ; elle durera tout le Symposium.

 

 Pause petite plage, histoire de réchauffer les troupes : Nigel prend en main le remorquage et regarde mon bout d'un air condescendent (pas dans l'axe du kayak, fabriqué à la main, s'emmêle facilement), seuls son diamètre et sa longueur trouvent grâce à ses yeux. Je suis pourtant la seule de l'atelier à en avoir un, et il a fait ses preuves, ce p'tit bout' !

Nigel est adepte de la ceinture largable et nous faisons quelques exercices de sauvetage/remorquage avant de revenir à notre point de départ. 

Se changer au soleil... 

04_france2009

 

Manger, manger...les « Pagaia » se sont défoncés : le camping a refusé d'ouvrir son restaurant, ils assument et font la cuisine eux mêmes. Dans la famille Calderon, le père, la mère, le fils et la fille, aidés d'Odina et de Francesc sont tous à la marmite ou à l'accueil pendant l'heure du « feu ». On mange sur des tables, en plein air, une voisine suédoise, l'autre catalane et un allemand  rigolard en face, on passe d'une langue à l'autre selon les besoins et les intuitions. Non seulement c'est très convivial, mais c'est délicieux !   

05_vero2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 06_pagaia2009

 

 

 

 

 

L'après-midi, atelier de préparation à la rando avec Urs (prononcez Ours) Steiner, vieux routard du kayak. Cours très vivant, en anglais et français, chacun traduit pour ceux qui en ont besoin. Voici quelques morceaux choisis de son cours : 

Question 1 : Si on considère que pour une rando on a besoin de 100% de matériel, de quel pourcentage aura-t-on besoin pour un jour ? Pour deux jours ? Pour une semaine ? Pour deux à trois semaines ? (Réponses d'Urs en bas de l'article)

Besoin par jour et par personne en climat normal : 3 à 4 litres d'eau et 600 grammes de nourriture de base, en climat extrême : 5 à 7 litres d'eau et 750 à 1000 grammes de nourriture de base (boulgour, polenta, farine, purée, levure, riz, œufs en poudre...). 

Question 2 : Mettre les priorités suivantes par ordre d'importance décroissant : habit, nourriture, matériel pour dormir, eau (Réponse d'Urs en bas de l'article). 

Puis Urs nous montre ses poignées de portage, bricolées en sangles larges avec une poignée en triangle cousue au bout, nous comparons avec celles en cercle de bout', avec deux poignées enfilées dedans. Urs recommande que chacun ait la sienne dans son kayak, afin d'organiser rapidement les portages et dit qu'il préfère que cela dure un peu plus longtemps à quatre personnes (six pour les biplaces) plutôt que d'avoir le dos en capilotade. 

S'en suit une réflexion sur les réchauds. Première marque en Europe : Trangia qui produit des réchauds à alcool, à gaz et à essence, puis Camping gaz (gaz), MSR et Coleman (essence). Au dessus de 10 °Celsius, le gaz est très bien, en dessous, il est inefficace. C'est pareil pour l'alcool, qui marche mieux que le gaz par vent fort (apport d'oxygène). L'essence est efficace en basses températures, mais il faut savoir apprivoiser le réchaud pour bien l'utiliser.

Les popotes seront en alu, sauf avec un réchaud à essence (acier), car l'aluminium  change à 425° C et peut passer dans le sang. 

Urs fabrique lui-même ses nouilles en randonnée, voici la recette : Prendre 170 g de farine, 1 cuillerée d'œuf en poudre, du sel et de l'eau, mélanger, former un pâton, abaisser sur un  plan de travail et couper en lanières, cuire les pâtes. 

De temps à autre, au milieu d'une explication, Urs part en courant vers sa tente et nous rapporte un matelas, une popote, un siège Carrimat...

A la fin du cours, il nous montre le classeur des « A Curs », la formation conçue par la Salswasser Union, sur la randonnée. 

Retour stand et discussion avec les curieux. Celui-ci veut une revue, l'autre achète des cartes postales, le livre des Norsaq « Construire et utiliser le kayak de l'arctique » est fréquemment consulté et je distribue les invitations pour le Rassemblement International CK/mer dans 6 langues ! Bizarrement, personne ne me réclame la version en Breton... et avec ça, j'ai raté la projection du film sur une expé au Cap Horn ! 

Le soir, route en covoiturage vers Llança pour l'inauguration officielle, plus la projection de Nigel Dennis et l'apéro. Jolie place : un gros platane, une vieille église, une tour et une petite fontaine, nous nous offrons cinq minutes de tourisme avant de rentrer dans le bel auditorium. 

Voici Loréa et Pao sur scène, ils racontent l'histoire de Pagaia,  remercient les entreprises sponsors et la municipalité de leur aide attentive. Viens un représentant de la région, qui fait un discours en catalan et termine par « Força la pagaia ! », la devise du club. Il est remercié par un joli trophée. Nigel Dennis est appelé ensuite et reçoit la même chose, je me dis que le prochain sera pour Loïck... mais on appelle Véronique Olivier, pour l'association CK/mer et me voilà plus rouge que mon pull irlandais, montant sur scène, embrassant Loréa et Pao en bredouillant des remerciements, revenant toute émue. « Alors, et le discours ? » me disent les copains pendant qu'Hakola Dippel (président) est appelé pour la Salswasser Union. Le trophée est une petite pagaie superbement travaillée fixée sur un support en planche.

  08_pagaia_2009

Avec son esprit pratique, Loïck imagine déjà qu'il est l'outil pédagogique parfait pour les « petites expériences dans une baignoire », mais non, cette pagaie est un remerciement pour l'histoire commune de Pagaia et CK/mer - et Norsaq-, commencée au premier Symposium, continuée par un stage de pagaie groenlandaise à Llança, des échanges d'articles, des ateliers, une traduction en espagnol du DVD « Techniques d'intervention et de sauvetage en kayak de mer », des échanges, des week-ends sécu organisés en collaboration... Sûr que l'histoire ne finira pas là : quinze membres de Pagaia viendront au Rassemblement International 2009. A bientôt à l'Aber Wrac'h !

PS : Nigel Dennis et la Géorgie du Sud, très intéressant (tente protégée des éléphants de mer par un carré de kayak) et le jambon et le pain aux tomates de l'apéro délicieux ! Un concert de musique de chambre gratuit était proposé après l'apéro, dans le quintet, une coréenne, un coréen et ... des membres de Pagaia ! 

Réponses

Question 1 : pour un jour, prendre 70 à 80% du matériel, pour deux jours 75 à 85%,  pour une semaine 100%, pour deux à trois semaines 105 à 120% (doubler certaines choses)

Question 2 : Le plus important est l'eau, suivi de la nourriture, du matériel de couchage et des habits.   

09_vero2009

 

 

 

 

 

 

Voir plus de photos sur le blog "Kayak Cat".

Page d'accueil du blog "Kayak Cat".

Les organisateurs du Symposium 2009 à Llança en Catalogne (Espagne) : le club Pagaia (président José Calderon).

Plus d'infos (photos, vidéos,...) sur ce symposium.

[GL]

You are here