Randonnée en Baie de Somme

Il est admis que la Baie de Somme est l’une des plus belles «Baie» au monde par sa nature, son caractère, ses couleurs et son originalité. De Saint Valéry sur Somme au Crotoy en passant par la pointe du Hourdel et le long de la grande plage du «Bunker» qui mène à Cayeux, voilà le contexte de notre navigation de ces deux jours de septembre. Évidemment, tout cela a été agrémenté par la présence de nombreux phoques et aussi, par la recherche de notre itinéraire à travers les nombreux bancs de sable qui ont quelques difficultés à demeurer en place.

Lors de ce week-end (15 et 16 septembre 2018) organisé pour Ck/mer par Joël Dugay, nous étions 11 kayakistes dans une démarche un peu internationale dans la mesure où nos amis belges, brésilien et bretons nous ont retrouvés au Cap Hornu.

L’objectif de ce petit rassemblement de kayaks de mer est de naviguer largement en Baie de Somme pour découvrir la complexité des bancs de sable, des chenaux, de la marée qui s’engouffre alors que la baie n’est pas complètement vidée. Un point important aussi, c’est d’observer le plus possible les phoques qui à cette période de l’année peuvent être nombreux. Deux populations fréquentent cette partie du littoral: le phoque gris et le veaux-marin. La colonie des veaux-marins est de plus en plus importante, on dénombre en 2018 plus de 450 individus de la Baie d’Authie aux falaises d’Ault.

Le samedi, nous avons profité d’un bel après-midi pour naviguer dans la baie jusqu’au Crotoy à marée haute ce qui nous a donné la possibilité de passer au-dessus des prés-salés qui ordinairement sont découverts. Après un petit arrêt sur la grande plage face au célèbre hôtel des Tourelles (avec ses deux tours colorées), nous voici reparti vers Saint Valéry sur Somme où nous allons remonter le chenal tout en contemplant les quais, le port et le fameux petit train à vapeur qui relie les deux villes au son du «Touf! Touf! » qui résonne dans le fond de la baie.

Après cette belle journée pleine de charme, c’est avec beaucoup de plaisir que nous rejoignons notre gîte original, chez Sandrine: le Takanna (https://takanna0.wixsite.com/takannagitedetape) . C’est un hébergement sur la commune de Sallenelle aménagé de quatre yourtes de cinq places chacune avec un ensemble cuisine et sanitaire. Dans la tradition Ckmèriste, le soir, nous passons à table avec une variété de mets locaux, arrosés de breuvages adaptés à la situation. La nuit sera douce, les ronflements aussi!

Dimanche, encore une belle journée sous le soleil, c’est chouette! Nous partons avec la marée descendante ce qui nous permet de voir un grand nombre de phoques échoués sur le sable et très curieux de notre présence discrète. Parfois nous pouvons observer des jeunes, voire des petits notamment un jeune de l’année revêtu de son pelage blanc, une vraie peluche. Les phoques pêchent (ou chassent) à marée montante,
C’est le moment où les poissons abondent comme les mulets par exemple. Nous naviguons jusqu’à Cayeux mais en effectuant un large détour vers l’est de la baie (vers la baie d’Authie) afin de contourner un énorme banc de sable. Les vagues formées par les hauts fonds viennent rouler sur celui-ci avec parfois, quelques déferlantes qui vont un peu nous chahuter mais toujours avec délicatesse. Nous arrivons sur notre endroit de pique-nique, proche de Cayeux mais la sieste est courte, il faut repartir, car la mer monte et nous allons pouvoir passer au plus près de la pointe du Hourdel, au-dessus de ce grand banc de sable. Nous retournons à notre point de départ, le Cap Hornu, un peu de papotage et hop, chacun regagne ses pénates satisfait de ce moment passé sur l’eau dans un endroit où la lumière met en valeur ce magnifique paysage.