Une belle aventure kayak : la commémoration de l’opération Frankton

Une belle aventure kayak : la commémoration de l’opération Frankton

|


80 ans après l’opération Frankton, une des opérations commandos les plus audacieuses de la seconde guerre mondiale, réalisée en kayak, le club SAM Canoë-Kayak a organisé une reconstitution commémorative : une aventure humaine extraordinaire.

L’opération Frankton est l’un des premiers raids des forces alliées en territoire occupé. Le raid, qui commence le 7 décembre 1942 par la mise à l’eau de 5 kayaks biplaces au large de l’estuaire de la Gironde, a pour but de dynamiter des navires de ravitaillement basés dans le port de Bordeaux. Malgré le succès de l’opération, 8 soldats britanniques sur les 10 ayant embarqués y perdront la vie.

Pendant 4 jours, du 8 au 11 décembre 2022, cinq équipages en kayaks doubles ont retracé ce raid de Montalivet à Bordeaux, en remontant l’estuaire de la Gironde et la Garonne, sur une distance de 120 km. Mêmes dates et au plus proche de l’itinéraire de 1942, mêmes conditions hivernales (ou pires !), mêmes zones de bivouac, même motivation à faire le parcours en kayak, une embarcation aussi fiable que discrète. Seule différence, la navigation se fera cette fois de jour, alors qu’en 1942 elle s’était effectuée par nuit noire, obligeant les commandos à rester cachés la journée. A leur arrivée, une flottille de kayaks biplaces associant une personne en situation de handicap et une valide les ont accompagnés jusqu’au ponton d’honneur.

Operation Frankton - 80ème anniversaire

Mercédès et Isabelle, membres du club SAMCK, faisaient partie de l’équipe kayakiste. Egalement adhérentes à CK/mer, elles reviennent avec nous aujourd’hui sur cette extraordinaire aventure humaine et sportive.

Un projet emblématique du club

Depuis 15 ans, le club SAMCK organise chaque année en décembre une navigation commémorative dans l’estuaire en kayak double. Pour les 80 ans de l’opération, l’envie a émergé de faire le raid en entier, en partant de la côte océane, et en « vrai » avec 4 jours en autonomie itinérante dans les conditions hivernales. Un devoir de mémoire et un sacré challenge. Avec la volonté également de promouvoir des valeurs humaines, la femme dans le sport, et le sport insertion avec la pratique handi-kayak.

Opération Frankton. Vidéo sur la commémoration en kayak.

> La vidéo réalisée raconte bien cette commémoration et l’aventure humaine associée.


Un équipage féminin

Pour valoriser la pratique féminine, l’idée était que l’un des 5 équipages soit 100% féminin. Une équipe capable de réaliser la totalité du parcours, et d’affronter les conditions hivernales de navigation et bivouac. Isa et Mercédès sont toutes deux très engagées dans le kayak, bien équipées, avec une solide expérience de la randonnée et du bivouac, grâce aux randonnées de leur club ou à d’autres expéditions, à l’image du Tour de Bretagne, une randonnée de 17 jours organisée par Jef pour CK/mer. Chacune avait ses motivations – tel que le devoir de mémoire, l’aventure hivernale, le challenge vagues, faire le raid en entier. Chacune savait surtout qu’elles étaient deux, avec une totale confiance réciproque, la même détermination et le cœur pour s’engager pleinement dans l’aventure. Et elles l’ont fait !

Opération Frankton. Mercédès et Isa à l'arrivée.
Mercédès et Isa à l’arrivée des 4 jours du raid.

Un gros challenge en kayak (double) : le départ de la plage de Montalivet

Lors du raid historique, un sous-marin avait mis à l’eau les kayakistes au large de Montalivet. Pour le raid commémoratif, le départ de la plage de Montalivet avec son shore break souvent difficile à franchir, était « le point qui faisait peur ». Pour le raid, il fallait réussir cette première étape.

Une séance de test a donc été organisée avec des kayaks simples, aux mêmes horaires de marée et coefficient que le jour J. Ce jour là, des vagues d’environ 1,50 m. Un premier kayak passe, la barre est plus dure pour les deux suivants, avec en plus des courants de baïne qui rendent les manœuvres de sécurité difficiles. Cela restera le plan A, si les conditions le permettent pour des kayaks doubles. Le test continue sur une autre plage plus proche de Soulac, avec un peu moins de houle, et une barre moins difficile à franchir. Ce sera le plan B.
> Superbe vidéo du test, à regarder !

Opération Frankton. Test à Montalivet

Le kayak au premier plan, c’est Isa, qui après le passage dans la machine à laver et un esquimautage, repart tranquillement vers le large.


Se familiariser avec la navigation, la sécurité et l’autonomie en kayak double

Des kayaks doubles ont été spécialement achetés pour ce raid. De ce fait, il était important de se familiariser avec ces bateaux, de travailler les exercices de sécurité. Ce ne sont pas des engins faciles à esquimauter… quoique certains y parviennent avec grâce et synchronisation ! Et quand un bateau se retourne, ce sont deux personnes à l’eau. Un test de chargement est également fait pour vérifier qu’ils pourront emporter l’équipement nécessaire à une autonomie de 4 jours. Plus tard, on expérimente la navigation nocturne.
> Voir la vidéo


Le périple

Le départ de Montalivet s’effectue dans des conditions inespérées. 30 cm de vague, pas de difficulté. En revanche, les températures sont glaciales, avec un vent de nord bien froid, de face le premier jour. La nuit, le thermomètre descend à -7.
Les navigations sont optimisées en fonction des courants. Ainsi le départ de Montalivet se fait à 8h30 le premier jour. Le lendemain, départ vers midi pour arriver de nuit, vers 18h-19h, à la frontale. Le troisième jour, il s’agit toujours de remonter l’estuaire avec la montante : départ à la renverse de basse mer à 5h du matin, donc lever à 3h. Tout est gelé, comme l’illustrent les images de la vidéo. Cela demande d’aller puiser dans ses ressources intérieures. Cela fait également ressentir la réalité et le vécu de l’opération Frankton il y a 80 ans.
Quatrième jour, c’est l’arrivée au ponton d’honneur, avec du monde, les bénévoles, les intimes. Un moment fort en émotions, après quatre jours intenses mentalement, éprouvants physiquement. On voit sur les images qu’ils sont tous à la fois fiers et émus, elles confirment.


Ce qu’elles en retiennent

Isabelle : endurance, cohésion, solidarité
Mercédès : émotion, performance, devoir de mémoire, cohésion.

Un engagement physique et mental fort pour accomplir le raid, notamment en raison des conditions très hivernales, l’enchainement des navigations, le peu de sommeil, le beaucoup d’adrénaline. Une connexion avec l’expérience du raid historique, les jeunes dans leurs kayaks, les navigations de nuit, l’environnement, la vase, le froid. Et surtout : le groupe, le groupe, le groupe ! L’équipe qui pendant plus d’un an a œuvré pour rendre le projet possible ; la cohésion palpable du groupe sur l’eau ; et tous les bénévoles derrière eux pour assurer l’organisation terrestre. Pour le club, il y aura un avant et un après, dit Isa.

Opération Frankton. Toute l'équipe au ponton d'honneur.
Opération Frankton. Toute l’équipe au ponton d’honneur.

Chapeau bas à tous et toutes.


Pour suivre l’actualité de ck/mer et du kayak de mer

Les derniers articles

  • Week-end descente de la Loire – Avril 2024

    Week-end descente de la Loire – Avril 2024

  • Carte d’urgence – à télécharger

    Carte d’urgence – à télécharger

  • Lexique international du kayak de mer – Allemand, Anglais, Catalan, Espagnol, Français

    Lexique international du kayak de mer – Allemand, Anglais, Catalan, Espagnol, Français

  • Petites annonces, appels à naviguer et messages

    Petites annonces, appels à naviguer et messages

  • Glossaire anglais-français du kayak de mer

    Glossaire anglais-français du kayak de mer