• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
le lien de tous ceux qui pagaient en eau salée

Voyage en Norvège par Patrick Lemoine

Envoyer Imprimer PDF

Article paru dans le bulletin n° 110, p. 28 à 30.

 

LE VOYAGE

Pour ce voyage en Norvège, nous avions opté pour un itinéraire « route », à savoir la traversée de l’Allemagne, puis du Danemark, le ferry de Hirtshals (DK) à Kristiansand (N), puis direction Stavenger, et ensuite Haugesund, Valevag, Leirvik ; et enfin Titlesness à l’extrémité de la presqu’île non loin d’Eidsvag. Tout cela pour vous dire que cette route est très fastidieuse (2500 Kms), coûteuse (en effet, sans en comprendre les raisons, ils nous faut payer à plusieurs reprises des « péages » pour certaines routes qui ne sont pas des autoroutes, loin s’en faut !) à cela il faut rajouter le prix des bacs assez coûteux aussi, la fatigue de la route, l’usure de la voiture, le temps… C’est pourquoi, si cela était à refaire, je pense que j’opterais pour l’option St Malo- Portsmouth, puis Newcastle-Bergen en ferry, cela étant plus cher au départ, mais d’après mes calculs on gagne 3 jours de voyage en tout, on arrive à destination en forme, et puis le ferry c’est bien !

 

situation1



LA RANDO

 

trajet1

 

Après avoir chargé les bateaux, nous quittons le petit port de Titlesness après nous être assurés que notre voiture ne gênera pas, et averti le voisinage de la date probable de notre retour.


Mercredi 7 juillet : nuit pluvieuse, réveil humide, départ 9 heures, nous entrons dans le fjord d’Etne jusqu’à la baie Osnes où nous faisons le plein d’eau, ambiance paisible et très rurale, sortie du fjord sous un grain soutenu, pique-nique à l’abri d’un hangar à bateaux, cueillette de moules, pêche de lieus, maquereaux, direction Skanevik. Pause à 17 heures, très beau campement, petite grève, herbe tendre, joli petit phare, montagnes enneigées, quelques rayons de soleil : le bonheur ! Pêche miraculeuse de coques, palourdes, j’en inonde mes bottes…

campement3-fonddufjordmatresfjord

 

Jeudi 8 : lever 7 heures, après les rituelles occupations du matin, nous partons en maillot à la pêche aux coques, moules, palourdes. Le ciel est bleu, il fait chaud ! sans vent, temps splendide ! 10 heures : nous quittons notre petit paradis (une place pour un podium sans aucun doute) pour pêcher, au pied du phare, un lieu monstrueux, l’eau est limpide, les poissons doivent vraiment mourir de faim pour mordre dans un leurre !

Arrivée dans le petit port de Skanevik : plein d’eau, pique-nique, et de nouveau nous suivons la côte vers l’entrée des fjords Akrafjorden et Matresfjorden, nous laissons le premier, pourtant majestueux, surmonté de sommets enneigés au profit du second long seulement de 9 kms. Encore des maquereaux et, au fond du fjord, au pied du massif où persistent des plaques de neige à 1247 m, nous découvrons une prairie plantée de conifères, ambiance méditerranéenne, décor idéal pour la soirée et pour une orgie de fruits de mer et de poissons dans une ambiance elle aussi méridionale : température à 21h30 : 18,5°C


Vendredi 9 : lever 7h15, température 15°C! ciel couvert, petit déjeuner de poissons, départ à 9h30 au moment où la pluie commence. Nous sortons en compagnie d’un dauphin, et d’un banc de lieus, ambiance calme, pas un souffle, pas une ride sur l’eau ; seulement les gouttes de pluie. Nous faisons le plein d’eau au terminal du ferry de Utaker et nous y mangeons notre salade de poissons ; il pleut toujours, petite brise, eau chaude dans les toilettes (rasage !). Départ vers 14h en direction de Sunde, jolie vue à gauche sur les îles et à droite sur les petites maisons colorées qui se succèdent. Entrée dans le port de Sunde, photo d’une superbe maison orangée, un pêcheur sort un énorme saumon et un poisson plat, ce qui m’énerve fortement. Découverte d’un lieu de campement, sous les pins au bout de 5h30 de navigation : entre les kayaks et la tente, des buissons de myrtilles qui nous procurent un dessert léger, après avoir englouti un lieu et 7 maquereaux !

Coucher à 22h, ah j’oubliais : quand nous quittons enfin nos vêtements de kayak à 22h, il pleut toujours ….


Samedi 10 : lever à 6h30, il pleut toujours, dès la première pointe un lieu monstrueux (évalué à 5 kgs ! un podium aussi) direction Husness, très beau parcours, charmant petit port de Heroysund, un petit pont, un cours d’eau douce, du soleil, donc rinçage et séchage des affaires, cuisson des poissons, départ tardif : 16h45 pour la côte montagneuse et rocheuse de l’île de Skorpo que nous contournons par l’est, passage étroit en direction de la presqu’île de Olve, une jolie maison rouge sur la petite île à l’entrée de la baie Havika attire notre œil et nos kayaks,et c’est tant mieux car nous avons le plaisir d’observer une loutre de mer peu farouche, et de découvrir le lieu de notre campement : 18°C à 21h, soleil, tente sous les pins, eau transparente : encore un podium !

 

fonddefjord

 

Dimanche 11 : 15.5°C à 10h, heure du départ, étroit chenal entre l’île de Tysnesoya et le continent ; avant le pont nous craquons pour de petits chalets construits sur de minuscules îles puis après le pont nous croisons la route d’au moins 50 embarcations traditionnelles et de leurs rameurs. Evelyne, en admiration devant les bateaux ou alors devant les Vikings qui rament, percute un drakkar, photos puis direction : le nord de Tysnesoya, baie de Lunde, puis baie de Soleidsvika, pleine d’îlots arides qui plongent dans la mer, sans offrir le moindre lieu de débarquement possible. Enfin à 20h, après 8h de pagaie, nous trouvons un emplacement, au soleil mais en plein vent, un vent de NW qui rafraîchit l’atmosphère.

 

rencontreaveclesvikings

 

Lundi 12 : vent de NW force 5, nous passons sous le pont au niveau d’Eversvik et quittons cette baie digne de Phuket en Thaïlande. Le vent est favorable et nous pousse dans le chenal entre Stord et Tysnesoya ; nous déjeunons au terminal ferry de Jektavit, puis c’est le port de Lervik, pour le plein d’eau et la recherche vaine d’une cabine téléphonique, rencontre avec un couple anglo-norvégien, nous sommes invités à bord, café, cognac, gâteau au chocolat. Départ tardif, il fait froid : 11°C….quant à l’eau du bain, nous l’estimons à 12°C. Bivouac près de Titlesness, notre point de départ.


Mardi 13 : retour à Titlesness où nous rechargeons les bateaux avec les vivres laissés à la voiture, et choisissons la direction de notre seconde semaine de rando. Ce sera si possible le contour de la partie nord de Bomlo, avec une approche plus maritime et sans doute moins paisible que les fjords boisés. Départ donc à 14 h plein ouest vers Otteroya puis Spyssoya où nous trouvons un emplacement dans un petit vallon pour passer la nuit. Journée de transition et de repos, ensoleillée mais fraîche, à cause du vent de NW.


Mercredi 14 : réveil sous une forte pluie, départ à 10h direction Royksund et son canal sous un ciel qui se dégage. Très beau passage étroit et peu profond abritant un petit port signalé par notre ami marin anglais. C’est superbe, l’eau est limpide, on y voit parfaitement la flore sous-marine, que de couleurs !…Belle navigation ensuite vers l’ouest, puis le NW en direction de Sakseid et d’un second canal : succession d’îles boisées, eau calme, atmosphère paisible, le soleil est présent, le vent faible, faune très nombreuse et variée : hérons, eiders à duvet, huîtriers, oies, animaux ressemblant à des loutres mais plus petits ? Nous nous arrêtons dans un petit port à l’entrée du deuxième canal, où nous débarquons sur une minuscule plage à l’ambiance bon enfant et familiale : des gamines apprennent à ramer, tout le monde déjeune de chips et de glaces alors que nous engloutissons une énorme salade de riz et de…poissons. Shampoing et rasage à l’eau chaude dans les toilettes toujours tellement impeccables que l’on a l’impression d’être chez un particulier : tapis par terre, lambris au mur.

 

dslesenvironsdesakseit-bivouac3

 

Nous franchissons le deuxième canal et débouchons dans un décor plus aride, il n’y a plus de conifères mais une végétation rase, bruyère, cotton bogs, tourbières nichées dans un décor de pierres grises. Fin de navigation à 17h30 sur un petit îlot, après 6h de bateau : 11°C à 20h, et petites mouches énervantes dès que la brise tombe (middges ?).


Jeudi 15 : lever 7h45, il pleut par intermittence et le ciel est gris. Nous contournons l’île de Hiskjo par le sud et entrons pour la première fois de notre périple dans la mer libre : les possibilités d’arrêt étant inexistantes le long de cette côte, nous naviguons 4h30 avant de nous poser à Kublo. La pluie qui n’a pas cessé depuis ce matin s’intensifie et ce sont des trombes d’eau qui se déversent tandis que, trempés, nous cherchons refuge le long d’un hangar à bateaux. En 1 heure, le pique-nique est bouclé (au lieu des 2 heures habituelles), le vent a viré à l’ouest, de force 5 à 6 et nous pousse vers Rolvsnes où nous faisons de l’eau puis nous filons en fuite vers l’est jusqu’à trouver un lieu de campement. Arrêt à 17h30 sur une île qui est à l’abri du vent mais non des middges, ce qui nous oblige à aller chercher refuge sur un ponton proche de la grève.


Vendredi 16 : quelques averses à partir de 4 heures du matin nous font craindre le pire pour la journée. Mais non, le pire ce matin, ce seront les minuscules mouches qui nous assaillent dès la sortie de la tente ; le petit déjeuner est donc très rapide et nous quittons sans regrets ce bivouac vers le nord. Très légère brise, ciel bleu, soleil, nuages floconneux. Nous apercevons le phare au nord de Gisoya puis nous obliquons vers l’est vers les îles de Siglo puis Fonno que nous longeons, et de nouveau, nous naviguons parmi de petites îles arides et quasiment inhabitées puis soudain les îles sont plus verdoyantes et protègent des maisons de bois complétées par des pontons fort accueillants et des garages à bateaux. Nous déjeunons dans le petit port de Fitjar sur l’île de Stord.

L’après-midi, nous nous dirigeons vers le sud de Koloyhamn sur Stord où nous nous posons pour la nuit dans une minuscule crique après 6 heures de kayak.

 

campement9

 

Samedi 17 : départ à 10h ; nous passons le chenal entre Stord et Bomlo pour déjeuner à Siggjarvagen, petit port très abrité à l’accès particulièrement discret ; nous mangeons à l’abri d’une station de ferry désaffectée dans une ambiance humide. Trois vedettes habitables entrent dans le port, ce qui nous fait dire qu’ici la vedette habitable remplace le camping-car. Nous repartons sous un temps menaçant et puis ce sont des trombes d’eau qui nous tombent dessus. Alors que nous avançons emmitouflés dans nos capuches, un kayakiste norvégien nous rattrape, nous naviguons un moment de concert, puis c’est la rencontre avec12 kayakistes anglais alors que nous n’avions rencontré absolument aucun autre kayakiste jusqu’à présent ! Nous nous engageons dans le canal de Royksund, bivouac sur une île caillouteuse, où fut une ancienne carrière, dîner sous une pluie torrentielle, tentative d’égouttage avant d’entrer sous la tente, puis coucher, réveil à 4 heures du matin par des trombes d’eau, nuit très moyenne !


Dimanche 18 : fort heureusement la météo est très changeante ici, et aujourd’hui est donc une journée sans pluie, ce qui rend possible le sèchage du matériel. Direction le sud de Bomlo, pause à midi au terminal ferry de Langevagkaien où nous faisons un shampoing toujours à l’eau chaude, cap sur Espevaer qui est un superbe archipel de petites îles au relief accidenté, séparées d’étroits et sinueux chenaux abritant de petits ports aux maisons joliment colorées. Campement superbe sur l’une des petites îles inhabitées et grimpette au sommet pour profiter du très beau paysage.


Lundi 19 : lever 7 h par un temps splendide et fait exceptionnel, nous avons la même météo deux jours consécutifs, départ 9h pour une errance dans l’archipel d’ Espevaer, vraiment superbe, avec ses minuscules îlots, ses maisons colorées, nous quittons les lieux pour remonter vers le NO de Bomlo, la côte est sauvage, pelée et inhabitée, nous passons à l’ouest de Gisoya puis nous nous arrêtons 45 mn pour déjeuner dans une baie ; nous poursuivons notre remontée vers le nord, passons le Kulleseid canal, et nous arrêtons à la sortie du canal après 7h30 de bateau. Au soleil, nous cueillons et dégustons des myrtilles, au milieu desquelles nous plantons la tente : fuite des deux matelas au milieu de la nuit…le bonheur !


Mardi 20 : ciel plus nuageux mais toujours du beau temps ! 2h30 de kayak nous permettent de rejoindre Titleness et la voiture. Fin de rando.

 



LE RETOUR :


Pour revenir au ferry, nous avons pris la route intérieure, ce qui nous a permis d’admirer de superbes chutes d’eau (les plus hautes d’Europe à ce qu’il paraît). Après une pause au-delà d’Odda, le long du fjord Sorfjorden, nous profitons du soleil( et oui encore !), des cîmes enneigées, nuit dans la voiture, puis direction le village de Buer, et à 8h30 nous sommes au pied du chemin qui monte au glacier que nous atteignons une heure plus tard après une marche le long d’un torrent particulièrement fougueux, très belles images de hautes montagnes alors que nous nous trouvons entre 1 200 et 1 500 mètres d’altitude. Retour en voiture vers Kristiansand en passant par la montagne prometteuse de belles randonnées pédestres. Quelques indications prises en flânant sur le marché de Kristiansand : 23 euros le kg de cerises, 7 euros le litre de bière…Partez avec le nécessaire !...

[GL]  [SS]

You are here